Banlieues : l'embrasement d'une réalité

Publié le par Exigeant

Cela fait un moment que ça me turlupine!!! Ce soir on m'a offert un lien vers un dessin. Voici le lien : Altermonde.



Ce dessin vient du journal Suisse "Tages Anzeiger"

J'ai des choses à dire! Plein! A tel point que je ne sais par où commencer ni dans quel ordre.

Sarko d'abord! Pour sa quête du pouvoir "suprême" il a besoin absolument des voix qui se portent sur l'Ordre. Chirac en avait joué en 2002, mais surtout pour réussir son tour de passe-passe : ne pas affronter Jospin au 2ème tour, mais Le Pen.
Sarko a besoin de canaliser ces voix de droite dure dès le premier tour. Il va tout faire ainsi pour éviter que Le Pen ne puisse se présenter à l'élection présidentielle, en espérant en récupérer une bonne partie.
Depuis son premier passage au ministère de l'intérieur, il a mis un terme brutal à la police de proximité, qui faisait AUSSI de la prévention. Nous sommes le seul pays d'Europe à avoir ainsi centré la police sur le tout répressif, sur le score, sur une volonté électoraliste!!!!
Sarko fonctionne en réactions, en provocations surfant sur une réalité qu'il attise.
Nous en voyons aujourd'hui les conséquences.

Le PS maintenant! Toujours pour des questions de pouvoir il a pris depuis 1977 la terrible responsabilité de faire basculer à droite bon nombre de municipalités communistes à seule fin de pouvoir espérer un jour les diriger. Il a été aidé en cela par les conneries du PC. Pour n'en citer que quelques unes : Drancy, Aulnay, Antony, Trappes, Mantes la Jolie. Mais la liste est longue et n'est pas sans rappeler celle des communiqués des médias ces derniers jours.
Toutes ces municipalités avaient un ancrage avec les cités. Des moyens étaient consacrés à l'amélioration des conditions de vie. Moyens supprimés rapidement aprés. Même si ces moyens doivent être analysés.

Dans sa course au pouvoir le PS souhaite avoir au 2ème tour en 2007 un Sarko de préférence à Villepin. Sarko, ils l'espèrent du moins, leur servira de repoussoir pour récupérer les voix du centre qui en France sont déterminantes. Le PS est prêt à faire ce pari fou!

Quête du pouvoir pour Sarko, quête du pouvoir pour le PS.

La seule bonne question est : le pouvoir pour quoi faire?

En démocratie, il serait logique que le pouvoir soit délégué afin de réaliser un programme précis. Quand nous a-t-on consulté sur le contenu même du programme? Sur son élaboration? Qui s'est engagé à le respecter ou à rendre des comptes?

Pour en revenir au référendum sur l'Europe, nous avons vu 70 à 80% de la "palette" (bonjour les peintres!) politique soutenir le oui. Le non l'a emporté à 55%...!
Une seule, ne serait-ce qu'une seule personnalité a-t-elle remis son mandat ou ses responsabilités en jeu? Vous avez la réponse, malheureusement.

Les banlieues dans tout ça? C'est effectivement un lieu de non droit!! Pas seulement policier, on s'en accorde depuis des années! Je ne connais pas une cité, pas une! qui soit demeurée un lieu de non droit quand il y a eu une volonté politique de mettre un terme à cette réalité.
Faut-il encore que cette volonté politique existe.
Mais elle n'existe pas!
On se refuse à Neuilly, la ville de Sarko, a avoir plus de 5% de logements sociaux. Le 92, département présidé par Sarko lui-même, est le dernier département de la région parisienne pour ce taux. Mais il est aussi le plus riche de France!!!

Banlieues et non droit. Record du taux de chomage, du RMI, de la misère. Endroit où l'on retrouve les plus jeunes profs et les plus jeunes flics en terme d'expérience. Lieu de tous les besoins et désert de moyens!

J'hurle contre les saccages, les ravages, les pillages, les feux!!!!!!

C'est inadmissible!! Aucune raison, aucun argument peut excuser, expliquer de tels actes.

Au moment même où le gouvernement décide d'alléger les impôts pour les plus fortunés, au moment même où Total annonce des profits en hausse de 32% pour le 3ème trimestre, à qui fera-t-on croire qu'il n'est pas possible de partager, de soulager, de donner l'espoir que les situations dramatiques peuvent s'améliorer?
Mais là ce n'est qu'une question de pouvoir!

Ce qui me désole et m'inquiète aujourd'hui c'est de constater que ce sont des gymnases, des écoles, des centres collectifs qui sont les cibles. Ce sont les pompiers pris à parti.
Ce sont les éléments même de ce qui a permis dans le passé une intégration au sein de la République.
Comment ne pas être soucieux de voir se disloquer le tissu associatif si riche, si créateur, si humain qui existait dans les banlieues?

Des solutions il n'y en pas et il y en a des milliers. Il n'y en a pas si nous continuons à vivre, à accepter l'exclusion, la loi du plus riche, du plus fort (y compris dans les cités). Il y en a des milliers si nous décidons de partager, de nous ouvrir, d'offrir, et de nous enrichir en retour.

C'est aussi une question de pouvoir. De sa nature, et de ce que l'on veut en faire.
C'est un choix de vie. Une affaire de conviction.

J'ai fait mes "humanités" dans la deuxième cité la plus vaste de France. Pendant presque 30 ans j'ai vécu cet univers.
Je sais des mots (généralement des injures) dans une bonne quinzaine de langues.
Je me rappelle des rassemblements au pied de ma "tour" pour empêcher les saisies, les expulsions.
Je me rappelle des solidarités qui font que j'ai mangé à tous les "rateliers" de la cuisine mondiale, quand mes parents allaient en réunion ou en manif pour les républicains espagnols, les algériens jetés dans la seine, les portugais antifascistes, les vietnamiens noyés sous les bombes au napalm.
Je me souviens des viols dans les caves, des fêtes de la cité, des enfoirés que les habitants avaient décidé d'expulser de leur lieu de trafic, des bals du 14 juillet pour célébrer la République. La République de tous!

Publié dans Réactions...

Commenter cet article

AURORA 08/11/2005 06:26

On ne peut guère en rajouter : vous avez presque tout dit et je suis d'accord avec vous.
Je suis petite-fille d'émigrés italiens anti-fascistes, née moi-même dans un Midi rouge qui était terre d'accueil pour tous dans ces années 60 où le PC faisait encore 25% des voix aux élections.
On sait par qui il est aujourd'hui remplacé dans le coeur des électeurs dans cette même région PACA.
Et ce sont les mêmes électeurs aussi.
Alors, il s'est passé quoi?
Sans doute cette maudite alternance répétée, cette seule course à l'élection des uns et des autres sans souci de l'intérêt général mais seulement de leur carrière, qui ont effacé les repères et fait perdre tout espoir d'un mieux démocratiquement envisageable.
"Racaille" inexcusable dans ces mômes violents qui perdent les pédales la nuit dans leurs cités et "requins" au pouvoir, mécanique allant de pair, beau tableau en diptyque d'une République en voie de décomposition...

AURORA