Metastable

Publié le par Exigeant


"Il était une fois un combat entre pudeur et impudeur :

mon corps réclame l’impudeur, mon esprit se fait pudique ou l’inverse.
C’est une oscillation incessante, une guerre sans vainqueur ou vaincu.
Il faudrait une racine de valériane pour calmer le spasme.
Il faudrait une victoire sur les morales castratrices mais ce n’est ni pour demain, ni pour après-demain : ça n’arrivera sans doute jamais.

Et pourtant… je frémis dans l’exhibition, je tremble en traversant le miroir intolérant, je jouis de la transgression, je glane en petits interdits.
C’est la secousse de l’envie qui en est le nerf.
Je m’offre et m’étale mais ma vraie nudité, la dérangeante, la choquante, celle qui gît au fond de mon âme, sera toujours pudique.
Tu t’offres et tu t’étales mais ta vraie nudité, la dérangeante, la choquante, celle qui gît au fond de ton âme, restera un mystère.
De ces deux nudités profondes, inconnues, solitaires et inavouables, naissent la frustration de se sentir seuls et l’adhésion normative.
Je pense que seuls la galanterie et l'amour justifient la pudeur.
Ma galanterie c'est respecter tes secrets.
T'aimer c'est ne pas chercher à savoir ce que tu hésites à donner, ce que tu refuses d'offrir.
Au delà de ces deux cadenas, nous avons tout à apprendre l'un de l'autre."

Métastable.
Post du 29 juin 2005


Je disais hier qu'il est des moments privilégiés sur le net. Il en va aussi de la découverte d'un site.
J'ai été scotché hier par la force des mots trouvés.
Pour tous ceux, et quelque soit notre façon d'aimer, qui sont en recherche de sens, d'émotions vraies, Metastable nous touche, nous interpelle.
J'aime ressentir cette excitation, faite de plaisir profond et d'envie. Envie à la limite de la jalousie. Ce sont "nos" mots, notre ressenti. Pourquoi n'est-ce pas moi qui les ai couchés?
Le texte ci-dessus est celui qui illustre le livre d'or du site.
Je remercie son auteur de son autorisation pour vous le faire partager. Autorisation pleine de respect et d'humilité...
En chacun de nous, qui avons décidé de mettre une partie de nous même sur la toile, la pudeur existe.
Je pense qu'il existe aussi une envie profonde de partager.
J'aime par dessus tout ces instants de découverte.


Métastable.
Post du 9 septembre2005

Ces liens que l’on sécrète et qui joignent les êtres.

(J.J. Goldman)

 

"Je lance mes rubans dans l’espace, espérant qu’ils accrochent une âme, craignant qu’ils ne se perdent dans le vide. Ces liaisons humaines que nous désirons tant mais qui nous désespèrent parfois, de leur rareté, de leur pauvreté.

Je lance mes rubans espérant vous toucher, vous émouvoir.

Je lance des rubans érotiques pour l’éveil de vos sens.

Je vous attache, nous nous attachons, vous vous attachez.

Il en restera, de tous ces rubans, l’espoir que nous puissions traverser notre espace-temps moins solitaire.

Je lance, je lance… laissez-vous lier.

Et lancez-moi les vôtres.

 

La vie quotidienne est une mise en scène, un jeu où tout est possible.

Alors dans la diversité de ce qui provoque le désir :

j’en demande, tu en demandes, nous nous l’offrons.

L’exploration continue de nos phantasmes inavouables c’est une partie de notre amour.

Ces offrandes respectueuses rendent joyeux et incitent à d’autres jeux, elles font de nos rendez-vous sensuels des incontournables.

 

Nous ne naissons pas étroits d’esprit : nous le devenons.

Nous naissons curieux."





Publié dans Exigeant

Commenter cet article

Exigeant 29/10/2005 17:52

Morgane!!!!! soigne ton écriture!!!!!et continue ton chemin...la lune ET le soleil.

morganedesfees 29/10/2005 17:32

il ya des textes qui touchent qui vont echos au vecu de l'instant au ressenti du present merci à tio de se partage